08/09/2007

Jean DESTREE de Vivre en Wallonie écrit:.....

La Wallonie peut-elle vivre seule ?


Je ne suis ni politologue, ni sociologue ni analyste politique. C’est le citoyen de la Nation wallonne qui se pose la question.

La situation précaire de l’Etat Belgique issue des législatives de juin dernier a montré les failles profondes qui se sont encore élargies entre la Flandre et cet Etat Belgique..

Le peuple flamand marche vers une autonomie plus large et sans doute à plus ou moins long terme vers l’indépendance, les Wallons n’ont pas encore pris conscience que la scission est inéluctable.


Les hommes et femmes politiques wallons se raccrochent à la Belgique comme le naufragé à sa bouée, priant les dieux de la mer de maintenir à flot ce pays accident de l’histoire. En outre ils s’acharnent à prétendre que la Wallonie ne va pas bien ne serait-ce que pour justifier leur attachement (de façade ?) à ce royaume moribond.


Est-ce une erreur de dire que la Wallonie n’est pas si malade que cela ? Il suffit d’ouvrir les yeux. L’agriculture wallonne va bien tant sur l’aspect des cultures que sur le plan de l’élevage. La Foire de Libramont le prouve chaque année.


L’industrie wallonne est en plein redressement, résultat et du Contrat d’avenir et du Plan « Marshall », mis en place depuis 6 ans par les deux Gouvernements qui se sont succédé. La Wallonie est très en avance sur le plan technologique. Preuve en est sa participation aux projets Airbus et Ariane travail de nos ingénieurs, techniciens et ouvriers. Notre recherche scientifique n’a rien à envier aux régions les plus riches : Glaxo-Smith est à la pointe de cette recherche sur les vaccins.


Un coup d’œil jeté sur les résultats de l’AWEX (Agence Wallonne à l’EXportation) montre que le chiffre de nos exportations est en constante progression.

 Que dire de nos petites entreprises qui se créent un peu partout ? C’est tellement vrai qu’il va manquer de terrains pour les y installer. Des multinationales poussent les dirigeants politiques wallons à continuer à chercher un appui pour s’installer chez nous.

Il ne faut pas oublier l’industrie touristique qui poursuit sa progression, même si ce secteur attire moins l’attention parce que moins spectaculaire.

Les infrastructures routière, ferroviaire et fluviale sont un atout supplémentaire au développement rapide des régions wallonnes encore à la traîne. Voyons ce que sont devenues en dix ans les provinces de Luxembourg et du Brabant wallon.


Certes, tout n’est pas parfait et il reste des zones encore mal investiguées.

Mais l’important est que la Wallonie redevient une région au développement durable.


Les Wallons ont le droit d’être optimistes et de rejeter les idées noires. La Wallonie est partie vers un avenir brillant pour autant que les Wallons le veuillent.


Et la réponse à la question du titre est simple.

 

 C’est oui, la Wallonie peut vivre seule. La Flandre peut prendre son indépendance ; la Wallonie prendra aussi la sienne.

 
Il reste à la presse wallonne de diffuser le bon message.
Ces « Réflexions » nous ont été adressées par notre ami Jean Destrée.
Nous l’en remercions.


« Vivre en Wallonie » ASBL


Cet article peut être repris dans son intégralité ou en partie, à condition d’en citer la source. Votre avis, vos critiques, vos commentaires nous intéressent. Vous pouvez nous adresser ceux-ci à : vivwal@swing.be

08:24 Écrit par chris dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.