21/07/2007

LE BILLET DU SECRETAIRE NATIONAL

LE  BILLET  DU  SECRETAIRE NATIONAL Bond’jou attertousses, Mon Wallon écrit étant plus phonétique que respectueux des normes, pour éviter de heurter nos coumarades puristes, c’est donc en langue française que j’essaierai, sans trop de fautes, de poursuivre mon propos  sur ce blog qui sans prétention, a été conçu pour répondre aux besoins de l’actualité, il n’est donc pas terminé, il est toujours en chantier, comme le sera toute notre vie de militants qui oeuvrons à l’amélioration de nos conditions de vie.Depuis la relance du Mouvement Wallon, il en est passé des militants, des militantes qui ont mouillé leurs chemises pour dans un premier temps la sauvegarde et la protection des nos intérêts de Wallonnes et de Wallons.

Longtemps, trop longtemps notre patience a été mise à rude épreuve par une majorité flamande dans ce pays de Belgïe, longtemps trop longtemps cette majorité à vidé nos caisses que 130ans de Belgique et de prospérité économique avaient bien remplies. Certes les hordes flamingantes au niveau politico-culturel on reçu un appui sérieux des capitaines d’industrie wallonne, qui, au lieu d’investir pour rénover l’outil wallon vieillissant, ont préféré investir dans des unités de production nouvelles et au bord de mer.  Le capitalisme américain fera de même en 45, avec son seul et original « plan MARSCHAL » il investira pour des raisons géographiques massivement en bord de mer donc, près des ports, donc en Flandre, ce faisant, il modifiera totalement la donne économique naturelle de ce pays factice et artificiel.

Notre premier constat sera donc de tirer un bilan social, où nous voyons de suite que les flamands  sont des ingrats, qu'ils crachent dans la soupe alors que pendant plus d'un siècle, ils la partagèrent fraternellement avec leurs frères wallons, et pour cause. Au bout de quarante ans de retournement de situation en leur faveur, ils trouvent cela insupportable, ils veulent nous larguer, pour le seul motif que "nous leur coûtons trop cher" et après çà, ils viendront oser parler de solidarité nationale, belle mentalité. Ce petit rappel socio économique n'est ni du nationalisme, ni du populisme, c'est le constat sec et vrai de 175 ans de Belchique, où nous vivons ensemble, où nous sommes exploités ensemble par un capitalisme ultra libéral qui se frotte les mains de notre division. Pendant ce temps-là, il règne???            Sur le plan politique, la pratique du compromis boiteux et du partage du gâteau tant qu’il y en eut fut la raison d’être et d’exister des partis de pouvoirs traditionnels.  La liste des capitulations successives des barons des partis traditionnels qu’ils soient libéraux, catholiques ou socialistes serait trop longue et alourdirait inutilement mon propos porteur d’avenir, d’optimisme et de projets de changements pour notre belle Wallonie et ces habitants quels qu’ils ou elles soient, et surtout quelle que soit leurs origines raciales, ethniques ou autres.

Indépendantistes donc nous sommes, républicains pour certains pourquoi pas, progressistes aussi nous ferons tout pour le rester, car nous sommes de ces gens là, issus du peuple de notre pays, où la seule capacité économique nous vient de notre travail, qu’il soit effectif par contrat salarial, de solidarité par cotisation, ou de répartition après cotisation de carrière. Salariés, de réinsertion (ex-minimex), chômeurs, invalides, pré-pensionnés ou retraités, petits ou moyens indépendants, cadres ou employés, agriculteurs, artistes ou autres, vous faites toutes et tous partie de cette classe populaire, celle qui nous intéresse, celle que nous voulons défendre parce que comme vous, nous en sommes et trop souvent on nous a utilisé, pris en otage et pressé comme des citrons ou des poires que l’on pense que nous sommes ou que nous avons été, mais nous disons STOP, Y’EN A MARRE .

REJOIGNEZ-NOUS, RENFORCEZ-NOUS, AVEC NOUS, BATTEZ-VOUS    POUR VOUS !!!

EN   AVANT  …..

                                     PIERRE DUTRON

01:07 Écrit par chris dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.